Harcèlement ou pas ? #balancetonporc

retour

03/04/19

Bonjour à toutes et à tous,

Ce mois-ci, je voudrais vous parler d’un sujet dont on parle beaucoup actuellement avec le désormais célèbre #balancetonporc : le harcèlement.

Néanmoins, d’un point de vue juridique, on considère qu’il y a harcèlement uniquement lorsque l’insulte, la menace, les propos obscènes, les intimidations ou les vexations se produisent plusieurs fois. Alors, êtes-vous harcelé ou pas ? Faisons le point.

Des insultes ou vexations répétées…

Il y a harcèlement lorsque nous nous sentons insultés ou rabaissés de façon régulière. Les harceleurs connaissent généralement bien leur victime – souvent même ils les voient quotidiennement ! Un patron, un collègue de bureau, un conjoint, des camarades de classe : ces personnes que l’on côtoie tous les jours peuvent parfois insidieusement passer de l’autre côté de la force. A l’inverse, l’insulte lancée par un automobiliste agacé relève simplement de l’injure ou de l’impolitesse, mais pas du harcèlement.

Des menaces réitérées

Revenons à notre automobiliste en colère, il vous crie par la fenêtre « Vas te faire voir abruti ou je te casse la tête » – certaines variantes peuvent être un tout petit peu plus vulgaire bien sûr ! Mais vous avez compris l’idée et dans ce cas précis, on a une insulte et une menace. Néanmoins, il n’y a toujours pas pour autant harcèlement, car l’acte est ponctuel. Par contre, si votre patron vous menace de licenciement à chaque fois que vous faites une erreur, là on peut envisager une plainte.

Des propos obscènes renouvelés

Nous arrivons maintenant au cœur du sujet avec le harcèlement sexuel. En effet, les propos obscènes peuvent participer d’une situation de harcèlement, mais là encore uniquement s’ils sont répétés. Tous les jours, votre collègue Thierry en allant à la machine à café vous fait des allusions lourdes sur votre tenue ou vous passe la main dans le dos. Vous lui avez déjà fait savoir que ça ne vous intéressait pas, pourtant il s’acharne. Maintenant, il vous envoie même des SMS et des mails douteux. On peut considérer qu’il y a harcèlement. Par contre, si Thierry vous a seulement dit une fois qu’il trouvait votre jupe pas assez courte…. On peut simplement en conclure que Thierry n’est pas très élégant… et vous pouvez le lui faire savoir clairement !

Faites savoir votre mécontentement

D’ailleurs, si vous considérez que vous êtes harcelé, et que vous envisagez de porter plainte, assurez-vous que la personne qui vous malmène soit au courant que cette situation vous nuit. Cela peut paraître évident, mais ça ne l’est pas tant que ça. Combien d’harceleurs présumés tombent de haut quand ils apprennent qu’ils sont poursuivis pour des faits qui leur semblent de l’ordre de la « blague » voire de la connivence ? « Mais pourtant, elle avait l’air de trouver ça drôle ». Attention néanmoins, si vous êtes dans une situation où vous subissez des menaces physiques répétées, dans ce cas portez plainte tout de suite en appelant le 17 ou le 112.

Rassemblez vos preuves

Enfin, et c’est un point très important, préparer un dossier regroupant un maximum de preuves : SMS, mails, photos, témoignages de tiers, etc. Tout ceci pourra vous être utile pour aider votre avocat à monter votre dossier et prouver que vous avez bien été harcelée.

Si vous avez besoin d’aide pour évaluer votre situation et savoir dans quelle mesure il vous est possible de porter plainte pour harcèlement, vous pouvez cliquer ici.

Votre bien dévouée,

Maître Elsa Scheider-Truphème

Partager l'article